Un jour, vous avez 15 ans, puis un plus tard, 70 ans,
tout est dans le dosage...

La ligne droite des années dans le dédale des traces de vie,
Les passages, dévers et bourbiers, que seul un quadeur peut imaginer

Tout commence là, derriere les barreaux de la fenêtre
Ce qui était le lieu de la plonge - Le four ancien a disparu - La trappe d'accès au sous-sol, l'antre des pâtes
L'escalier pour y accéder - Locaux de sous-sol sans lumière - L'inox a remplacé les vieux matériaux

La fenêtre de la chambre donnant sur le skydôme du laboratoire
Sans eau, sans confort, ni chauffage, juste la brique chauffée dans le four l'hiver


3 ans de vie sans diplome(s) - Pas le courage d'étudier...

La patisserie Hamelin à Bernay 27
15 ans - Fini l'école, enfin ! - Vive la vie, l'aventure, l'esclavage, les 1er gros salaires d'homme libre et toute la suite ...
Le dernier apprenti, c'était votre serviteur ici-même, Mai 1965 - 1967 + 6 mois ouvrier qualifié

Salaires : 10 francs, 1ère année, 20 francs, 2ème année,
100 francs au lieu de 30 francs la 3ème année, motif ? je travaillais bien...



Entre-temps, auto-stop oblige pour rallier le lieu de travail depuis Evreux, le train était alors trop cher, s'arrête une voiture,
un homme accepte le passager, pas de casque, pas de ceinture, roule... 200m plus loin l'homme me dit "Vous êtes pâtissier vous !"

Oui, c'est vrai, comment savez-vous ? Ca se sent dit-il, ben oui, c'est vrai, j'avais une veste qui devait retenir les bonnes odeurs
Je suis le fils de Gaston LENÔTRE précise t'il, tout est dit, je suis tombé sur le fils qui rallie toute la patisserie du même nom,
à PONT-AUDEMER, celle où a débuté la légende de Gaston LENÔTRE


Et bien avant encore, dès l'âge de 13 ans
chez Marcel ALABARBE à Bernay 27




Son meilleur conseil durant l'itinéraire menant au carrefour de Malbrouck Carsix 27, la RN 13

"Quans vous aurez fini votre apprentissage, postulez chez mon père à Neuilly, vous y passerez un an, vous serez un vrai pâtissier reconnu de tous !
Bon, vous serez sans doute, un an sur le même poste de travail, par exemple, le glaçage des éclairs, mais vous aurez la carte de visite LENÔTRE

Super, l'échéance approche, je me renseigne pour trouver une chambre, à Neuilly ou au plus près car là-bas, on commence très tôt le matin,
Aïe, le loyer sera plus élevé que le salaire que je devrais toucher, donc, au revoir LENÔTRE, on ne fera pas affaire ensemble

Mon nouveau futur patron, le repreneur de la pâtisserie à Bernay, dit froidement, ça me fait trop de salariés, alors comme je suis le dernier rentré...

C'est comme ça que j'ai abandonné la pâtisserie, ni une, ni deux, ni trois

Pas grave, je savais faire tout ce qui se mange de sucré ! Alors je devais être capable de faire dans le salé ou autre chose

Et puis, faut bien vivre, le travail vous courre après en ce temps là, faut juste écouter, les opportunités diverses et variées
Et puis, l'affaire du siècle se présente, un motard civil, comptable de son état dans un entreprise, me rencontre, il aime ma moto...

Je suis finalement embauché là ! 500 Francs par mois !!!

Ma 1ère maison, en 1968, avant et pendant l'hiver, année plutôt chaude, Mai, l'été,



En 2020, elle est toujours là, sur le bord de la RN 13, près le carrefour de Malbrouck, à Carsix 27, visiter à 360°

Pas de confort, pas de chauffage, la solitude des nuits et des jours selon, seul, avec le bruit des véhicules et poids-lourds à moins de 10 mètres




La maison du patron à l'époque, un certain BLONDEL Maurice, concessionnaire Mercedes, fort en gueule, l'homme capable d'impressionner un jeune
Il avait une femme et un gosse - Parti en retraite dans le Marais-Vernier, sans doute éteint depuis, paix à son âme, aucun pitié pour lui.



Et puis en face de "ma 1ère maison", mon lieu de travail, une station service carburant de l'époque




Juste la route à traverser, en faisant quand même attention... LARBRE pouvait cacher la forêt


Mon boulot ? remplir le réservoir de carburant, Gas-Oil 150 litres d'un coté puis 150 litres, moins le restant, dans l'autre
Et puis aussi les voitures qui ne se servaient pas encore toutes seules, puis après passage à la caisse et ainsi de suite
Les "erreurs de caisse" inévitables qu'il convenaient de déduire de mon royal salaire...


Récapitulatif :

Au chaud du Sous-Sol au 3ème étage, derrière les barreaux de la pâtisserie HAMELIN à BERNAY,
Au froid et au vent, à tout va, de part et d'autre de la RN13, la station BLONDEL comme on disait...

L'année du permis de conduire - Réussi du 1er coup ! La chance sur une Simca 1100
Avec une petite pointe à 140km/h en ligne droite à la demande de l'inspecteur
(Il voulait vérifier la capacité de rouler vite si besoin...)

Ma 1ère moto, une Morini 125cc, achetée au pauvre gars qui s'est tué en Porsche 190 à Bernay
sur la route de Serquigny, courbe à droite trop rapide

Les Corsaro Veloce des années 60


J'avais essayé ça, un matin de Février 1968
140Kmh sur la RN13, sans casque ! J'ai même doublé un camion Larbre !



La suite arrive, patience, 50 ans de vie, ça se ménage
pour de belles sorties, en quad par exemple






Sauf que pour bientôt, les "Pièges Jaunes" vont sortir leur grand jeu !

SOLOcalamine est passé par là
Vous connaissez ? Vous allez tout savoir
Bientôt